Réflexion(s) du dimanche …

Ce matin Lucien m’a demandé : « Es-tu heureuse d’être enceinte ? » J’ai hésité quelques instants avant de répondre. Oui je le suis, parce que ça représente la dernière ligne droite dans notre désir de fonder une famille. C’est le quasi aboutissement des longues années de PMA et je suis vraiment contente que l’on y soit arrivé. Cette chance n’est pas donné à tout le monde. Pour autant, est-ce que j’aime être enceinte ? La réponse est moins évidente …

J’observe avec curiosité ce corps qui change et ces nouvelles rondeurs. Ça ne me dérange pas et ça ne m’inquiète pas pour la suite (contrairement à ce que l’on pourrait penser quand on sait que j’ai – à l’aise – 10 ans de troubles du comportement alimentaire au compteur). Ce qui me gêne le plus, c’est cette impression constante de ne pas être au top de ma forme. J’ai toujours un pet de travers ! Ce n’est pas grand-chose et c’est à chaque fois très banal, mais quand on est habituée à aller bien et à avoir un corps silencieux, bah c’est relou. Et puis il y a cette imprévisibilité : d’un jour à l’autre, tu peux passer d’un état général plutôt cool à celui de mollusque incapable de faire quoi que ce soit.

Je ne suis « qu’à » 16 SA (et des patates) et je ne connais pas encore le bonheur de sentir son bébé bouger dans son ventre. Peut-être que mon avis changera quand je découvrirai cela ? Ou peut-être pas. Quoiqu’il en soit, ça ne me culpabilise pas. On est loin de la grossesse idyllique que j’avais imaginée (mais j’avais rêvé grand). En tout cas jusqu’à maintenant.

Rassurez-moi : je ne suis pas la seule à penser comme ça ? 🙂

8 réflexions sur “Réflexion(s) du dimanche …

  1. Bien sûr que non! La grossesse de rêve est déjà une grossesse sans angoisse et cette insouciance on n’avait pas vraiment réalisé qu’il fallait faire une croix dessus avec la pma mais…. sentir son bébé bouger, le rencontrer pour la première fois et ainsi que toutes les autre premières fois que vous vivrez seront exponentielles…..
    J’ai tjs senti mes enfants à 22 sa. Et bientôt ça ira mieux.
    Prends soin de toi 😘

    Aimé par 1 personne

  2. Pas du tout, et quoiqu’il en soit il n’y a pas à culpabiliser… certaines aiment être enceinte, d’autres n’éprouvent pas de plaisir particulier, voire n’aime pas. A chacune son ressenti et ses sensations. Après le premier trimestre est peut être le plus angoissant, et n’aide sûrement pas. Et pour ma part le sentir bouger j’aime beaucoup, mais de l’avis de ma gyneco de n’est pas le cas de toute 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Je comprends tout a fait la pma nous enlève l insouciance comme le dit si bien Carotte et en plus des petits maux j ai pas autant profite que j aurai espère de la grossesse a cause de toutes ces craintes. Malgré tout pour moi le début a été le plus dur et le 3 enme trimestre le meilleur ça y est on voit le bout et même si j ai peu senti bb il y avait qd même quelques interactions. Prends soin de toi et essayes au max de te laisser porter le plus beau reste a venir :)))

    Aimé par 1 personne

  4. C’est compliqué tout ça et les hormones n’aident pas ! Moi qui suis pourtant habituée à avoir des pets de travers je ne peux pas dire que j’aie adoré être enceinte. 3 mois à flipper d’une nouvelle fausse couche, mal au dos, sciatiques… Mais j’ai ADORÉ sentir ce petit être
    en moi. Et je rêve de remettre ça (schizo bonjour)!!

    Aimé par 1 personne

  5. C’est pas que je déteste être enceinte… Mais on est quand même vachement loin du truc idyllique qu’on nous vend dans les médias ou l’entourage ! Entre les nausées, les insomnies, la fatigue +++, les maux de ventre ou de tête, les trucs aux plantes à la con pour soigner un rhume qui du coup dure mille ans, l’impression d’être essoufflée au moindre effort, le ventre qui tiraille, les sautes d’humeur, l’irritabilité, la libido proche du zéro absolu (enfin, ça c’est plus embêtant pour chéri que pour moi 🤣),… Après, je reste focus sur l’objectif final et c’est d’un grand réconfort 🥰 Le pire dans cette seconde et dernière grossesse pour moi, c’est cette impression de ne pas en profiter assez, pleinement, comme j’aimerais. Entre la grande de deux ans et demi, les insomnies, tout ce qu’il y a à faire, la flemme pas possible, une grossesse à risques, de petites angoisses,… Ben ma seule « ambition » est de garder le cap 😅 Par contre, quand je le sens bouger et faire la java dans mon bidou à 3h du mat… je ressens une joie et un bonheur incroyables qui me transcendent d’une certaine manière 💝 J’espère juste ne pas regretter un jour de ne plus être enceinte

    Aimé par 1 personne

  6. Je partage ton sentiment à 200% pourtant j’ai eu deux belles grossesse (rapide parcours pma pour bb2) et accouchements aussi. La suite de couches c’est long aussi le temps de retrouver sa forme. Moi non plus, je m’epanouie pas enceinte mais le bonheur est infini tous les autres jours de la vie avec mes enfants ❤️

    Aimé par 1 personne

  7. Alors pour le coup j’ai adoré être enceinte les deux premiers trimestres. Je n’avais aucun symptômes/nausées donc ça aide pas mal et bizarrement je savais que tout irait bien dès le début.
    En revanche le 3ème trimestre 😱
    Entre le diabète gesta, la sciatique, les insomnies, le gros ventre qui nous ralenti au moindre mouvement, et ma fille installée pile sur ma vessie j’ai trouvé ça très très long.

    J’ai adoré la sentir bouger, je ne me sentais jamais seule, j’avais l’impression d’avoir un super binôme avec moi au quotidien. Après, au dernier trimestre je me faisais réveiller par des coups de pieds dans les côtes. C’est un peu moins sympa que les bulles du début mais ça avait le mérite de me rassurer.
    En tout cas je crois qu’il ne faut pas culpabiliser devant ces injonctions à aimer la grossesse ou aimer accoucher (et encore plus quand tu passes pas la PMA ! « Ha ben tu l’as voulu hein » 🤦🏻‍♀️).
    Ne pas aimer être enceinte ne change rien à l’amour que tu portes à ton bébé bien évidemment (je dis sans doute une banalité mais quand j’entends certaines choses c’est toujours utile de le préciser).

    Aimé par 1 personne

  8. Exactement la même chose, ce sentiment d’ambivalence. C’est dur de sentir l’impact physique sur son corps car on est impuissant. Ici je culpabilise énormément de ne pas pouvoir aider pour les travaux de la maison, de faire la sieste quand les autres bossent. J’ai l’impression d’être un gros boulet en galère dès que je dois faire un effort (j’ose pas imaginer comment ce sera dans quelques mois !). Et j’imagine que pour une personne active comme toi ça doit être encore plus difficile de ne pas se sentir en grande forme physique.

    Pour autant il y’a des aspects que j’aime beaucoup, voir mon ventre pousser principalement. J’adore les moments sous la douche où je me savonne, les moments où je me tartines affectueusement de crème, les heures (de siestes) que je peux passer avec les mains sur mon ventre…tous ces petits gestes qui créent du lien avec ce petit être à venir 🥰

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s