15 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Hier soir j’ai jeté un oeil au suivi des embryons : ils ont finalement congelé un dernier XB. Ce qui nous fait un total de sept blastos au frais en RT ! Comment vous dire … Je n’ai pas les mots tellement c’est énorme. Quand je lui dis ça, Lucien me répond : « C’est le Picard des embryons ! » Ma soeur en rajoute une couche : « Six achetés, un offert ! » Et mon père conclue avec : « Vive les périodes de promo ! » 😀

Lucien m’a récupéré deux boites de PROGIRON (à 54€ la boite, ce qui est mieux que les 80€ de la pharmacie de ma ville) et une adorable lectrice m’en a envoyé une par la Poste. ❤ J’ai largement de quoi tenir jusqu’à la prise de sang (et j’espère devoir en racheter un paquet pour après).

Aujourd’hui je suis censée télétravailler … Je n’ai pas du tout la tête à ça. J’ai envie de méditer, regarder YouTube ou Netflix, manger, faire une sieste, penser à la déco de notre futur appart, jouer avec Danette, marcher dans la forêt, faire du yin yoga, faire des petites courses et même cuisiner ! Bref : tout sauf bosser quoi.

14 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

C’est mon premier jour d’attente. Madame-Hope m’a filé une ordonnance de prise de sang à réaliser 9 jours après le transfert. Chez REPROFIT on nous a dit d’attendre 15 jours avant une PDS ou un pipi-test. Je vous laisse deviner l’option que je vais choisir …

J’ai réussi à faire en sorte de ne pas me rendre au bureau avant mercredi 23 : j’alterne jours de congés et télétravail. Normalement ce n’est pas autorisé mais ma boss connait ma situation et m’a « offert » cette exception. Je suis super soulagée. Je n’ai pas l’intention de rester allongée H24 pendant dix jours, mais ça me fait du bien de savoir que je n’aurai aucune contrainte horaire et surtout pas de transports en commun.

Je suis debout depuis 5 heures 30. À boire une infusion (quelle tristesse ahah) en rédigeant mon article. J’ai du mal à définir mon état d’esprit. J’oscille entre mille sentiments, mais vous savez ce que c’est … Et ce n’est que le début ! ^^


Hier matin REPROFIT m’a donc transféré un XB (blasto expansé) et six autres ont été congelés. Il restait encore dans la course un B et un EB – tout est bien expliqué ici : https://www.reprofit.cz/images/stranky/guide/0024FRA_Pouceni_po_OPU.pdf – à qui ils laissaient encore une chance de rattraper leur retard.

Donc pour le moment une chose est sûre : j’ai un joli embryon dans le bide et six autres aussi beaux au frais en RT !

13 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Nous y voilà enfin ! Aucun stress depuis que le suivi de nos embryons a été actualisé hier. Notre hôtel est dingue (Courtyard by Marriott Brno). Notre transfert est maintenu à 9 heures. La veille j’ai injecté mon PROGIRON dans les WC de l’aéroport de Prague en toute détente. ^^ Le loueur de voiture nous a surclassé (on roule dans un tank KAROQ). Bref : tout va bien. Je vous partage quelques photos. 🙂


Dimanche. D-day. Je suis réveillée avant le réveil mais j’ai plutôt bien dormi. Stress toujours absent. Petit-déjeuner à l’hôtel et c’est parti. J’avale un SPASFON, en prévision d’éventuelles contractions utérines malvenues. J’ai un gros bug depuis quelques jours et j’ai complètement zappé de demander : dois-je mettre les ovules de progestérone le matin du transfert ? Dans mes souvenirs avec Madame-Hope non, il fallait les mettre juste après. Je file donc ma plaquette à Lucien et mettrai ça juste après ZE moment !

Comme prévu, ca ne parle qu’anglais. On nous explique la tronche de nos embryons (la clinique de LA Muette devrait vraiment en prendre de la graine) et j’en comprends les grandes lignes : on en a un bon nombre de bonne qualité (nous saurons le nombre final dans les prochains jours) (avec les papiers – et la meilleure compréhension de Lucien ^^ – on a déjà une idée assez précise mais j’attends un peu pour être sûre à 100%). La médecin qui nous reçoit a un look un peu futuriste : vêtue de blanc des pieds à la tête. Mais pas dans le style blouse médical : pantacourt et haut à manches longues très moulant. La nana qui s’occupe de l’échographie de mon bide (qui porte aussi un pantacourt blanc) (et une tunique rose) a un tatouage sur l’arrière du mollet : le jour et le mois de naissance de Lucien ! On voit notre embryon (un XB, pour les connaisseuses) sur une télé. Je fixe le truc, hypnotisée : il y a plein de cellules ! Puis la biologiste arrive avec la pipette et le transfert se passe sans encombre. Vingt minutes plus tard (avec ma progestérone au fin du vagin) on passe à la compta : je règle les 1145€ d’options et de congélation (je détaillerai la facture pour celles susceptibles d’être intéressées). Et puis c’est fini ! Aucune attente, une clinique nickel, des gens très agréables. Je valide à 100% REPROFIT. 🙂

❤️ Mille mercis à ma donneuse. ❤️
Quelle que soit l’issue de cette aventure.

Nous retournons à l’hôtel où je squatte le lit jusqu’à midi (tout en lisant et relisant les papiers de REPROFIT en mode « waou, autant d’embryons que ça »). Lucien va courir / se vider la tête (trop d’émotions). Puis let’s go to Prague (coucou les routes pas lisses du tout) pour le vol retour. On fait une pause à Lidice pour (s’injecter le PROGIRON de 14 heures) déjeuner. La bouffe est bonne, l’endroit est super calme (il n’y a que nous) et verdoyant. En plus il fait un temps parfait pour manger dehors.

Bye bye la RT. On espère te revoir mais pas avant quelques années. 🙂

11 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

7 heures du matin et je suis déjà devant le laboratoire pour la prise de sang qui dira si j’assimile bien la progestérone. Une demie-heure plus tard, je suis au taff. Je sais que c’est J3 pour mes embryons, et qu’aujourd’hui le suivi va être actualisé. J’avais dit à Lucien : « Tu me tiendras au courant. » Et finalement je me retrouve à taper sur F5 comme une possédée toutes les 10 minutes secondes !!! Lucien m’informe qu’ils mettent à jour à 11 heures. Grrr ! ^^ Impossible de me concentrer sur le boulot ; je gère beaucoup mieux l’attente lorsque je suis chez moi ! Heureusement que les deux prochaines semaines, entre les jours que j’ai posés et ceux de télétravail, je passerai seulement deux jours « en présentiel ».


13 heures. Toujours aucune news de REPROFIT. Par contre j’ai mon résultat de prise de sang : progestérone à 8,70 ng/ml. Ce n’est pas assez, je le sais. Je maile tout de suite Madame-Hope. Mais c’est trop de stress pour moi, j’ai besoin d’un break : un LYSANXIA et une sieste.


Complètement stone de mon sommeil chimique, j’ouvre mes mails :
« Votre progestérone est un peu basse. Madame-Hope vous demande de rajouter une injection quotidienne de PROGIRON vers 14 heures (aujourd’hui dès que possible). »

Je sors la seule boite que j’ai achetée, dérange Lucien dans son télétravail pour qu’il me prépare la seringue et l’aiguille (mon LYSANXIA circule toujours un peu trop dans mon corps pour que je sois au taquet) et je m’injecte ça en deux secondes dans le haut de la cuisse (le ventre étant déjà pris par les patchs).

Dans la foulée je maile notre coordinatrice REPROFIT. Réponse automatique d’absence. Je maile la remplaçante. Mais il est déjà 17 heures. Je pense que je peux faire une croix sur le suivi de mes embryons pour aujourd’hui.

10 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Question : pour les nanas qui ont bénéficié d’un don d’ovocytes à l’étranger, quelles démarches avez-vous effectuées après côté remboursement ? Quelles tonnes de paperasses à envoyer ?

Lucien me pose plein de questions, du style : est-ce qu’il faut que tous les papiers soient à mon nom ? Est-ce qu’ils prennent en charge l’avion et l’hôtel ? J’ai bien évidemment eu l’accord de la Sécu et lu qu’ils rembourseraient jusqu’à 1540€. Mais après la FIV DO, que fait-on concrètement pour récupérer cet argent ?

Je vous avoue que là je n’ai pas du tout la tête à ça, mais Lucien aimerait que tout soit bouclé rapidement (même si le remboursement doit arriver des mois après). Donc si vous avez le mode d’emploi des liens ou votre témoignages, ma boite lucienne.leblog@gmail.com est ouverte. 🙂

9 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Rendez-vous chez l’acupuncteur à 9 heures. C’est une première pour moi. Sous son masque, il a des airs du Derek Shepherd de Grey’s Anatomy (les yeux et les cheveux). Mais c’est visiblement le mec le moins bavard de la planète. Je lui explique le contexte, il m’allonge sur sa table et me plante tranquillement des aiguilles dans le bide, les mains et les pieds. Une lampe chauffante au-dessus du ventre. Tout ça pour « pour faire circuler l’énergie dans la zone utérine et les reins ». Voilà, c’est à peu près tout ce que j’obtiendrai de lui ! À la fin je demande s’il y a des recommandations particulières : « Hydratez-vous et reposez-vous. » Ça je sais faire ! ^^ 45€ les 40 minutes. Je me doutais bien qu’il n’y aurait rien d’instantané ni de miraculeux. Mais le feeling est plutôt concluant et je pense que je reviendrai, pour tester sur quelque chose de plus « concret ».


Je ne reçois pas de SMS de REPROFIT dans la matinée (et cela me va très bien) (bulle de zénitude) mais Lucien me parle d’un identifiant pour accéder au portail. Je lui réponds que j’ai déjà reçu ça dans un mail il y quelques jours. Je lui fournis toutes les infos, il se connecte et là :

15 ovocytes « convenables » ! Purée. Suis sur le cul. 14 fécondés à J1. Ça me semble tellement énorme. Je me doute bien qu’il y aura des pertes en cours de route (pas trop j’espère) mais là c’est balaise. Merci ma donneuse ! ❤ A priori maintenant on aura d’autres infos à J3, puis ensuite à J5 (le jour du transfert).

Après cette bonne nouvelle j’ai fait une bonne sieste (comme conseillé par l’acupuncteur). Ma bulle de zénitude n’est pas prêt de me quitter !

Ps : si vous pouvez m’éclairer sur les autres infos de cette capture d’écran (les « 11x2PN » et compagnie), n’hésitez pas. 🙂

8 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Ce matin à Brno une petite nana s’est pointée pour la ponction, pour « notre » ponction. Je ne peux m’empêcher de penser à elle. Comment se sent-elle ? A-t-elle bien vécu la stim ? J’espère sincèrement que REPROFIT se montre généreux envers les donneuses.

Aujourd’hui c’est donc D-day pour Lucien. Je ne bosse pas et on échange non-stop via SMS. Il est le seul à ne pas être venu en couple. Il me dit que notre coordinatrice est super gentille : « Eva te passe le bonjour. Et nous souhaite que tout se passe pour le mieux. Elle est trop sympa cette femme ! Dommage que tu ne la voies pas. » On pourra suivre nos embryons sur leur site à J1 et J3 (un SMS me préviendra).  Tout le monde est bienveillant, c’est propre et il y a un « système automatisé pour validation du recueil ». Bref : Lucien valide la clinique ! ^^

De mon côté, je ne cherche pas à en savoir plus. Je fais ma vie tranquillement, presque comme un jour normal de RTT. Je n’ai pas essayé d’accéder au fameux portail clients. J’irai voir parce que je suis super curieuse, mais ça ne changera pas le nombre d’ovocytes ou d’embryons. Je veux rester au maximum dans ma bulle de zénitude jusqu’à ce week-end (voire encore après si c’est possible ahah). Je suis bien contente d’être restée à la maison, parce que l’aller-retour express semble un peu fatiguant et stressant (beaucoup d’embouteillages apparement sur les routes, Lucien a failli louper son vol en fin d’après-midi).

J’ai débuté avec joie et bonheur les ovules de progestérone. J’ai l’impression d’en perdre la moitié, comme à chaque fois. Je dois faire un dosage de la progestérone vendredi et, si besoin, il y aura des injections de PROGIRON en supplément. Madame-Hope m’a conseillé de l’acheter en RT, où apparement les prix n’ont rien à voir avec la France.

Côté taff, j’ai calé mes jours de télétravail jusqu’à la fin du mois. Tout se goupille plutôt bien pour le moment. 🙂

7 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Depuis hier soir ma soeur est chez moi et ce midi nous allons déjeuner chez nos parents. Un petit moment en famille, presque comme avant : maintenant il y a toujours cette angoisse d’être une porteuse saine du Covid-19 sans le savoir et de les contaminer (surtout mon père et son système immunitaire affaibli). C’est d’ailleurs pour ça que j’y vais très peu depuis le déconfinement.

Lucien est parti tôt ce matin. Toute l’après-midi il joue les touristes à Vienne, avant de rejoindre son hôtel à Brno. On échange 1000 photos et messages.


De retour chez moi en fin de journée, je savoure ma solitude. J’ai toujours besoin de ça après des moments / des journées de « sociabilité ». Et là entre le week-end yoga et ma famille, ça fait beaucoup pour moi. Danette est super content de m’avoir pour lui tout seul : il me colle comme jamais ! ❤ Je checke distraitement mes mails du boulot : ma boite autorise (enfin) deux jours de télétravail par semaine jusqu’à fin 2020 ! ALLÉLUIA !


Sur les conseils de ma coach (oui j’ai un peu craqué le jour où je me suis engagée là-dedans) (mais au final je ne suis pas déçue et même agréablement surprise), j’ai pris rendez-vous chez un acupuncteur dans ma ville pour mercredi. Je n’ai jamais testé, je suis curieuse de voir ce que ça peut donner ! L’idée en gros c’est de « faire circuler les énergies », tout en lui expliquant préalablement mon contexte. Au pire je perds 50€, au mieux ça me fait du bien au corps / à la tête et c’est cool.

Pour en revenir à ma coach : le hasard du calendrier fait que cette nana m’accompagne durant cette période si particulière pour moi. Et je ne le regrette pas. Elle est bienveillante et – même si je pense qu’elle n’y connait pas grand-chose en PMA – elle ne sort pas de conneries et est très juste dans ses propos. Ses recommandations et retours après nos entretiens tapent vraiment dans le mille. On est dans un mood de rondeur, de douceur, de reconnexion, de love et d’accueil. Même si elle est plus jeune que moi, elle a un bébé de deux ans maintenant et – à mes yeux – ça assoit sa crédibilité pour m’accompagner. Tous les jours je prends donc un moment pour moi, genre rituel de préparation à l’accueil de l’embryon : un yoga doux le plus souvent mais ça peut être n’importe quoi qui soit chaleureux, généreux, doux et réconfortant. 🙂

J’écris ça tout en me disant « olala on va me juger, penser que je suis perchée ou faible (genre j’ai besoin d’être accompagnée) ou un vrai cliché ». Au début j’hésitais même à parler de ce coaching à Lucien, parce que lui ne ressent pas du tout le besoin de ce genre « d’aide », d’accompagnement, de conseils. Puis c’est quand même une somme, et ça ne serait pas la première fois que je dépense des thunes pour des trucs de merde ah ah ! ^^ Mais là vraiment je ne le regrette pas. 🙂

5 & 6 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Cercle d’ouverture du stage de yoga. Huit élèves + la prof. On fait un tour de « présentation » (nous avions déjà dîné ensemble juste avant). Trois nanas parlent, puis vient mon tour. Le groupe a l’air cool alors je me lance : « Je suis à une période de ma vie où il se passe beaucoup de choses. Alors je pose ça là : je suis stérile et dans une semaine je vais bénéficier d’un don d’ovocytes. » [C’est comme ça que je présente la situation en résumé maintenant. « Stérile ». Pour éviter les remarques chiantes style « la cousine de ma belle-soeur a fait une FIV et blabla … ». C’est assez radical mais ça fonctionne.]

Donc j’annonce ça et la nana qui s’est présentée juste avant moi émet un petit son. Je la regarde et je vois dans ses yeux et son hochement de tête qu’elle connait ça. Elle me prend la main (pas très Covid) (mais très humain). Tout le monde s’étonne du hasard quand tout à coup, la première nana à s’être présentée dit qu’elle aussi est passée par là, avec option burn-out. Étonnement de tout le monde devant cette connexion inattendue. Je prends la main de mon autre voisine puis tout le monde se prend la main ! Et là, cerise sur le gâteau : la fille – placée dans le cercle entre mes deux nouvelles copines de galère – annonce … qu’elle est née grâce à don d’ovocyte !!! Je vous laisse imaginer les frissons et l’hallucination de tout le monde devant ce hasard (mais est-ce vraiment un hasard). Autant vous dire que le week-end commençait fort ! Surtout que le thème est « l’abondance » … Je leur dis en riant : « Oula il faudra qu’on parle toutes les trois ! » Puis le tour de cercle continue. On enchaine ensuite sur une pratique de yoga très doux et la prof nous invite à prolonger le silence de fin sans prononcer un mot jusqu’à demain matin.

Le lendemain : yoga dès le réveil puis brunch. J’ai beaucoup songé à ces trois nanas depuis la veille. J’ai hâte de connaitre leur histoire et leur vécu. Mais une part de moi se dit : « OMG j’ai jeté un pavé dans la mare avec mon truc hier, mais peut-être n’ont-elle pas envie d’en parler ?! Peut-être qu’elles n’avaient pas envie d’entendre ce sujet ici ?! Bon en même temps rien ne les obligeait à rebondir dessus. Mais quand même. J’espère ne pas avoir fait de boulettes ou réveiller des sentiments douloureux. » Au final, toutes ont partagé leur histoire de bon coeur. Voire avec soulagement pour l’une, dont le parcours PMA n’est connu de personne de son entourage.

Je découvre d’abord l’histoire de la nana issue d’un don d’ovocyte. Son vécu m’intéresse particulièrement, même si au final je comprends qu’elle ne se pose aucune question sur sa donneuse. Elle « la remercie pour l’aide qu’elle a apportée à (ses) parents » (ce sont exactement les mots qu’elle a employés), mais n’a jamais eu envie de la connaitre.

Il y a ensuite celle qui s’est faite recaler du don en France. Insuffisance ovarienne précoce (IOP) à 25 ans : elle vit H24 avec des patchs de VIVELLEDOT. Mais : « Avec votre IMC de 29, le don serait un gâchis d’ovocyte. » Voilà le tact de nos médecins français … Elle s’est alors dirigée vers la Belgique, avec une amie en guise de donneuse. Et son mari l’a plaqué un mois avant la FIV DO.

Quand à la dernière, IOP aussi. Malgré les stims, son corps n’a jamais répondu correctement aux traitements. Burn-out à cause du taff et trois ans d’attente avec de pouvoir bénéficier d’un don d’ovules en France. Trois transferts d’embryons, trois échecs. Aujourd’hui son couple est bancal, toute sa vie est à reconstruire et elle ne sait pas par où commencer.

Combien y avait-il de chances que je rencontre ces trois filles dans un groupe de huit pratiquantes de yoga, à une semaine de mon transfert en RT ?! Je trouve ça dingue. J’ai été tellement touchée. Par elles évidemment mais aussi par les bonnes ondes de l’ensemble du groupe. Je me sens chanceuse. D’avoir pu partager ce week-end avec ces belles personnes. Et surtout quand je vois le parcours et « l’état » actuel des deux femmes en DO, je relativise : oui j’ai 4 ans de PMA et d’échecs, mais je suis à quelques jours de peut-être changer de vie. Et ça c’est précieux.