19 SA + 1 jour

Mon foetus radioactif et moi-même patientons dans la salle d’attente de la gynécologue. La veille j’ai vomi mon thé du matin alors je suis contente un peu rassurée.

Évidemment tout va bien. Il y a un coeur qui bat, des mains en l’air, des pieds croisés et même un mini pénis. Je demande presque les statistiques de mort in utero pour les 5 mois à venir. La meuf pas glauque du tout. La gynéco me dit que le risque zéro n’existe pas et qu’il n’existera jamais. Que ce soit maintenant ou quand mon fils sera bien là en chair et en os. « Oui mais là je ne sens rien et je ne peux rien faire si quelque chose se passe mal. » Hashtag control freak. « C’est ça la grossesse : vous ne pouvez rien contrôler. » Ah c’est le grand retour du lâcher-prise. Bah j’ai pas fini de m’angoisser avec ça. ^^

Je repars avec un poster une photo format A4, « pour le papa » me dit-elle. Et rendez-vous dans 10 jours.

Coucou toi !

Ou devrais-je écrire : « Coucou vous ! » Mes bonnes vieilles copines : Angoisse et Dépression ! Ça faisait un bail non ? Ah vous n’étiez pas loin ?! J’aurais dû m’en douter. Je parie que je vous ai retrouvées au cabinet dentaire ! Cool …

Je ne sais pas si c’est le contrecoup des fêtes, cette impression d’isolement que je ressens de plus en plus (avec le télétravail je ne vois personne à part Lucien et ma pote en cloque qui passe chez moi une fois par semaine) ou « juste » mes angoisses qui ont atteint un niveau que je ne peux plus faire semblant d’ignorer. Ce matin j’ai fait ce que je me retenais de faire depuis un moment : avancer mon rendez-vous chez la gynéco. Parce que ma trouille que tout se soit arrêtée en silence dans mon ventre devient ingérable. Je lis qu’on doit sentir les premiers mouvements du bébé entre 18 et 20 SA. Je sais que ce n’est qu’une généralité, et que chaque grossesse est différente. Je le sais ! Mais vous connaissez les angoisses, c’est loin d’être logique. Ça me paralyse. Je perds toute envie, je veux juste rester planquée sous ma couette. Comme si j’étais en sursis avant l’évènement inéluctable. Avant je me sortais de tout ça avec une grosse bouffe, un LYSANXIA et un bon footing. Aujourd’hui mes moyens sont plus limités. Et ce n’est visiblement pas suffisant.

Lucien n’est pas du tout impacté par mes angoisses. Il parle à mon ventre. Mais hier, devant mon état, il m’a quand même encouragé à avancer mon rendez-vous avec la gynéco. « Comme ça on aura de nouvelles photos ! » Je n’avais pas la motivation d’appeler le secrétariat pour ça, mais Doctolib proposait un créneau pour mercredi matin … Bref : dans 48 heures je serai fixée rassurée.

Ps : et bonne année hein ! ^^