20 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Je vois la situation sanitaire se dégrader en France (en une semaine près de plus de 50% de nouvelles hospitalisations et admissions en réanimation ; 13 000 nouveaux cas en 24 heures). Je lis les nanas du forum paniquer (à raison visiblement : www.courrierinternational.com/une/zone-rouge-la-republique-tcheque-nest-plus-epargnee-par-le-covid-19). Ça me rappelle un souvenir pas si lointain …


Par ailleurs, je discutais avec Madame-Hope la dernière fois (alors qu’elle avait sa sonde d’écho dans ma cha***) : je trouve ça aberrant de faire une FIV à l’étranger sans un suivi médical « sérieux » en France. Je vois parfois les nanas se poser des questions importantes sur leurs traitements sans aucun autre contact que la coordinatrice (qui ne répond pas forcément dans l’heure). Selon Madame-Hope c’est juste « totalement hypocrite » de la part du système de santé français d’autoriser des soins à l’étranger alors que les médecins qui acceptent de suivre ces patientes en France sont rares.


Fin du suspense : je fais la prise de sang demain (lundi matin) (au lieu de mardi comme inscrit sur l’ordonnance de Madame-Hope) (et Lucien est au courant). J’ai des sortes de mini vertiges depuis deux jours. Évidemment j’ai Googlé et suis tombée sur cette phrase hilarante : « Au début du premier trimestre, vous pouvez être prise de vertiges et avoir la nausée car votre tension est basse. En effet, la progestérone produite par votre organisme décontracte la paroi des vaisseaux sanguins et provoque une chute de votre tension artérielle. » Vu les doses de progestérone que j’avale – 4 ovules + 1 injection par jour – je me dis que si c’est « juste ça », autant arrêter le massacre tout de suite. Et puis du coup je m’interroge : je suis sous cycle substitué / artificiel, est-ce que mon éventuel embryon secrète lui-même de la progestérone ? A priori c’est normalement le rôle du corps jaune, truc qui n’existe pas / plus en FIV. Mon corps produit-il de la progestérone lui-même d’une autre façon ? Bref : je commence à psychoter donc il est temps de mettre fin à mon doux déni !

J’ai si peur. Je la sens pas du tout cette PDS.

Si tu es enceinte et à tendance angoissée, passe ton chemin ! [mis à jour le 18/09]

J’aurai prévenu hein ! ^^

Loin de moi l’idée de vouloir faire paniquer qui que ce soit. Mais – déformation professionnelle oblige – je baigne dans le Covid-19 depuis le début de la pandémie. Alors quand ce terme est associé aux mots « PMA » et / ou « grossesse », forcément – à titre perso – ça m’intéresse davantage.

J’entends énormément de gens – très zen et sans aucune formation médicale spécifique – dire : « Non non, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, il n’y a aucun impact sur la grossesse ou le bébé. » Ce à quoi je réponds invariablement : « Pour le moment nous n’avons aucun recul sur ce sujet. »

Bref : je vous laisse lire (ou pas) ce qui suit.


Lire la suite »

17 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Il semblerait que j’ai trouvé la recette pour ne pas péter un plomb pendant l’attente jusqu’à la prise de sang : ne pas bosser (ou au pire : télétravailler).

Mes journées se suivent et se ressemblent. J’ai l’impression d’être en vacances, ou en confinement (je fais partie de ces gens qui ont kiffé le confinement) (tant que je pouvais courir 5 kilomètres à l’aube). Je me lève généralement en même temps que Lucien, vers 7 heures. Je bois une infusion, je prends une douche puis j’enfile ma progestérone et je squatte le canapé à l’horizontale pendant le max de temps possible (avec mon ordi pour m’occuper). Quand j’en ai marre, je me bouge un peu : yin yoga, petites courses, promenade, méditation, boulot, repérage de déco … À midi je déjeune puis je fais la sieste. Au réveil de ma sieste : PROGIRON de 14 heures (même pas une semaine d’injections et le haut de mes cuisses est déjà recouvert de petits trous). Puis rebelote, je fais ma vie tranquilou jusqu’au retour de Lucien. Généralement quand il rentre il me trouve comme il m’a laissé : à l’horizontale sur le canapé à digérer mes ovules de progestérone ! ^^ Pour finir, dîner et dodo. Et ce sera comme ça jusqu’à la prise de sang lundi (ou ma reprise au bureau mercredi).

J’aimerais vous dire que je sens quelque chose de différent des autres fois, que j’ai des symptômes chelous ou quoi. Mais non, rien. Même pas un truc à Googler ! Je me sens parfaitement « normale » et comme d’habitude. Le verdict de la prise de sang m’effraie réellement. Je sais que j’ai toujours mon ZOLOFT qui me permettra de rebondir au cas où, mais quand même. Ce serait une sacrée (énième) claque dans la gueule.

J’ai déjà élaboré tous les scénarios possibles dans ma tête, ceux avec un résultat positif et ceux un résultat négatif. Si lundi c’est positif, je ne compte pas le dire tout de suite à Lucien et attendre le deuxième taux 48 heures plus tard pour lui faire la surprise. J’adore l’idée de garder mon petit secret juste pour moi pendant deux jours.

15 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Hier soir j’ai jeté un oeil au suivi des embryons : ils ont finalement congelé un dernier XB. Ce qui nous fait un total de sept blastos au frais en RT ! Comment vous dire … Je n’ai pas les mots tellement c’est énorme. Quand je lui dis ça, Lucien me répond : « C’est le Picard des embryons ! » Ma soeur en rajoute une couche : « Six achetés, un offert ! » Et mon père conclue avec : « Vive les périodes de promo ! » 😀

Lucien m’a récupéré deux boites de PROGIRON (à 54€ la boite, ce qui est mieux que les 80€ de la pharmacie de ma ville) et une adorable lectrice m’en a envoyé une par la Poste. ❤ J’ai largement de quoi tenir jusqu’à la prise de sang (et j’espère devoir en racheter un paquet pour après).

Aujourd’hui je suis censée télétravailler … Je n’ai pas du tout la tête à ça. J’ai envie de méditer, regarder YouTube ou Netflix, manger, faire une sieste, penser à la déco de notre futur appart, jouer avec Danette, marcher dans la forêt, faire du yin yoga, faire des petites courses et même cuisiner ! Bref : tout sauf bosser quoi.

14 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

C’est mon premier jour d’attente. Madame-Hope m’a filé une ordonnance de prise de sang à réaliser 9 jours après le transfert. Chez REPROFIT on nous a dit d’attendre 15 jours avant une PDS ou un pipi-test. Je vous laisse deviner l’option que je vais choisir …

J’ai réussi à faire en sorte de ne pas me rendre au bureau avant mercredi 23 : j’alterne jours de congés et télétravail. Normalement ce n’est pas autorisé mais ma boss connait ma situation et m’a « offert » cette exception. Je suis super soulagée. Je n’ai pas l’intention de rester allongée H24 pendant dix jours, mais ça me fait du bien de savoir que je n’aurai aucune contrainte horaire et surtout pas de transports en commun.

Je suis debout depuis 5 heures 30. À boire une infusion (quelle tristesse ahah) en rédigeant mon article. J’ai du mal à définir mon état d’esprit. J’oscille entre mille sentiments, mais vous savez ce que c’est … Et ce n’est que le début ! ^^


Hier matin REPROFIT m’a donc transféré un XB (blasto expansé) et six autres ont été congelés. Il restait encore dans la course un B et un EB – tout est bien expliqué ici : https://www.reprofit.cz/images/stranky/guide/0024FRA_Pouceni_po_OPU.pdf – à qui ils laissaient encore une chance de rattraper leur retard.

Donc pour le moment une chose est sûre : j’ai un joli embryon dans le bide et six autres aussi beaux au frais en RT !

13 septembre – FIV DO in process (REPROFIT)

Nous y voilà enfin ! Aucun stress depuis que le suivi de nos embryons a été actualisé hier. Notre hôtel est dingue (Courtyard by Marriott Brno). Notre transfert est maintenu à 9 heures. La veille j’ai injecté mon PROGIRON dans les WC de l’aéroport de Prague en toute détente. ^^ Le loueur de voiture nous a surclassé (on roule dans un tank KAROQ). Bref : tout va bien. Je vous partage quelques photos. 🙂


Dimanche. D-day. Je suis réveillée avant le réveil mais j’ai plutôt bien dormi. Stress toujours absent. Petit-déjeuner à l’hôtel et c’est parti. J’avale un SPASFON, en prévision d’éventuelles contractions utérines malvenues. J’ai un gros bug depuis quelques jours et j’ai complètement zappé de demander : dois-je mettre les ovules de progestérone le matin du transfert ? Dans mes souvenirs avec Madame-Hope non, il fallait les mettre juste après. Je file donc ma plaquette à Lucien et mettrai ça juste après ZE moment !

Comme prévu, ca ne parle qu’anglais. On nous explique la tronche de nos embryons (la clinique de LA Muette devrait vraiment en prendre de la graine) et j’en comprends les grandes lignes : on en a un bon nombre de bonne qualité (nous saurons le nombre final dans les prochains jours) (avec les papiers – et la meilleure compréhension de Lucien ^^ – on a déjà une idée assez précise mais j’attends un peu pour être sûre à 100%). La médecin qui nous reçoit a un look un peu futuriste : vêtue de blanc des pieds à la tête. Mais pas dans le style blouse médical : pantacourt et haut à manches longues très moulant. La nana qui s’occupe de l’échographie de mon bide (qui porte aussi un pantacourt blanc) (et une tunique rose) a un tatouage sur l’arrière du mollet : le jour et le mois de naissance de Lucien ! On voit notre embryon (un XB, pour les connaisseuses) sur une télé. Je fixe le truc, hypnotisée : il y a plein de cellules ! Puis la biologiste arrive avec la pipette et le transfert se passe sans encombre. Vingt minutes plus tard (avec ma progestérone au fin du vagin) on passe à la compta : je règle les 1145€ d’options et de congélation (je détaillerai la facture pour celles susceptibles d’être intéressées). Et puis c’est fini ! Aucune attente, une clinique nickel, des gens très agréables. Je valide à 100% REPROFIT. 🙂

❤️ Mille mercis à ma donneuse. ❤️
Quelle que soit l’issue de cette aventure.

Nous retournons à l’hôtel où je squatte le lit jusqu’à midi (tout en lisant et relisant les papiers de REPROFIT en mode « waou, autant d’embryons que ça »). Lucien va courir / se vider la tête (trop d’émotions). Puis let’s go to Prague (coucou les routes pas lisses du tout) pour le vol retour. On fait une pause à Lidice pour (s’injecter le PROGIRON de 14 heures) déjeuner. La bouffe est bonne, l’endroit est super calme (il n’y a que nous) et verdoyant. En plus il fait un temps parfait pour manger dehors.

Bye bye la RT. On espère te revoir mais pas avant quelques années. 🙂